Voici la description d'une façade de cathédrale présentée sur le site www.france-pittoresque.com.

Lisez bien attentivement cette description puis dessinez cette façade.

Trois portiques occupent toute l'étendue de la partie inférieure de la façade ; ils sont décorés d'un système uniforme d'ornements, qui consiste en un soubassement continu, enrichi de caissons en forme de trèfles, contenant 118 bas-reliefs, et qui est décoré d'un fond de mosaïque.

Sur ce soubassement s'élève un rang de colonnes légèrement engagées, dont chacune porte en avant une statue de grande proportion, élevée sur une console et surmontée d'un dais, le tout terminé par de profondes voussures ogives, disposées en cul-de-four, dont les arcs multipliés, présentant une diminution progressive, sont remplis d'une grande quantité d'anges, de séraphins, et d'autres personnages en rapport avec le grand tableau en relief, sculpté sur le fond du tympan ; enfin, ces trois portiques sont surmontés par des pignons triangulaires, ornés de chardons qui se détachent d'une manière pittoresque sur des renfoncements obscurs, et l'arc d'ouverture du choeur est enrichi d'un cordon à fleurs et d'une dentelle en pierre délicatement découpée.

Les trois portes de cette façade ont chacune une dénomination particulière : celle du milieu est appelée la Porte du Sauveur ; celle de droite est dite de la Mère de Dieu, et celle à gauche de Saint Firmin le martyr. La plupart des ornements et des figures des portiques, ainsi que ceux des extrémités de la croisée, portent encore l'empreinte des différentes couleurs et de l'or dont ils furent originairement revêtus, suivant le système de décoration tout oriental, importé en Italie par les Grecs, pendant le moyen âge. La partie des trois façades au-dessus des trois portiques se compose d'une galerie à jour en forme de péristyle, qui règne dans toute la largeur, et dont les arcades ogives sont subdivisées par d'autres arcs en forme de trèfle ; cette galerie est soutenue par une autre, également à jour, et dont les entre-colonnements sont décorés d'une série de vingt-deux statues colossales, que l'on croit représenter les monarques français bienfaiteurs de cette église, qui ont gouverné le royaume depuis Childeric II jusqu'à Philippe-Auguste.

Au-dessus se voit une grande rose à compartiments, en pierre, d'un magnifique travail ; toute cette partie de la façade est surmontée d'une balustrade à jour, à hauteur d'appui, régnant dans toute la largeur, et formant une riche ceinture horizontale. A cette hauteur se termina pendant longtemps le portail de la cathédrale d'Amiens ; les deux tours et la galerie vitrée qui les unit à la base n'ont été élevées que plus d'un siècle après l'achèvement du bâtiment de l'église. Le premier clocher de la cathédrale, bâti en pierre, avec le corps de l'édifice, vers l'an 1240, fut détruit par la foudre, le 15 juillet 1525. Les travaux du nouveau clocher furent achevés en 1533.

ecriture_gif_002

Après avoir dessiné cette façade cliquez sur le clocher pour vérifier votre illustration et découvrir le nom de cette cathédrale .

.

batiment_eglises_8

-